{Texte} 35

14 la nuit, la respirer, entendre le chant des insectes troublé par les explosions au loin; voir derrière les ramures obscures du grand arbre, accoudée sur le rebord du monde, voir scintiller la lumière chaude et l’espoir, avoir dedans le ventre la foi, reprendre une gorgée de promesses dans le même temps que.
Dans le même temps que toi.

15 le sourire, là, enfin. Saint-Laurent, le sable blond au pied des morts, le soleil, regards-horizon sur une journée chaude d’été, nos longs pas dans les vagues, le bas de tes jean’s mouillé, ton sourire toujours, irradiant la face cachée de  mes rêves; ton sourire dévorant tout, solaire, fait naître dedans mon ventre, un mince flot roulant vers l’infini, se gonflant comme la voile d’une caravelle s’élançant à l’assaut du large; un flot, une déferlante bientôt, accélérant sa course pour s’élever haut, très haut et s’écraser alors, s’écraser avec fracas, et envahir chaque partie de moi, autrefois bousillées, aujourd’hui époudrées; tout, envahir tout, et tout bouleverser.

16 l’odeur du halage. La laisser nous envelopper, marcher, longtemps marcher, sans se toucher non, parler beaucoup parler, le long du niveau abaissé de la Vire, ne pas être secs de mots, t’écouter évoquer les ronds dans l’eau, ce qui pourrait s’y cacher, et puis chavirer, comme ça, d’un coup, sans le voir venir, chavirer assise devant la table de pique-nique en bois, sirotant un café trop chaud, perdre pied, ne pas parvenir à retenir mes yeux dans les tiens, lâcher, tout lâcher, sourire, naïvement sourire, puis reprendre le chemin, marcher, l’espérer plus long qu’à l’aller, se dire, ce n’est peut-être que le début; le début d’une toute nouvelle route.

29 le soleil. Franc. Quand tout s’assomme, que le temps s’arrête pour nous, que les roses et le parfum se suffisent. Il se peut que je sois, trouble, charme et sourire, et fossettes, et prunelles claires et que tout en moi se rassemble, lorsque 35 sonne, que le vin est italien, il me semble que tout tendrement, silencieusement s’apprivoise…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s