{Texte} Nous sommes fortes

Dents très blanches. Un mois à les brosser matin, midi et soir. Bain de bouche et fil dentaire ça paye, « vous ne pourrez plus vous en passer » qu’il disait. Reflet dans le miroir. Matin sans. Sans entrain, sans vie. Pourtant le bonheur est là, en face de moi. Moi.

« A mon tour de te souhaiter une année lumineuse. Mon petit doigt me dit qu’elle démarre plutôt bien. »

Ciel de neige, mine en vrac, teint papier-mâché, femme-confettis. Nos corps noués de tissus, couche après couche, mille-feuille de vêtements dans les frimas du matin obscur. Toi, tes joues roses, ton petit nez mignon, ton sourire, me tenez debout lorsque se brisent encore mes rêves. Nous sommes fortes et je ne sens plus mes quilles. Il fait si froid dehors et dans mon cœur aussi. Il faut gratter le verre de la voiture puis souffler sur les doigts. Il faut être courageuse. Encore.
Nous sommes fortes et nous sursautons au moindre bruit, vérifions le tour de clé dans la porte le soir parce que pas d’homme ici – pensons à l’angle mort dans l’ombre, aux fantômes mal attentionnés. Les consignes ont été comprises. Si problème appeler papa, sortir dans la rue, sonner chez les voisins, dire « maman ne va pas bien » mais bien faire attention aux voitures. Nous sommes obligées d’évoquer ce pire. Veiller sur la petite merveille mais compter aussi sur elle si. Elle veille aussi parfois, protège notre cœur des morsures de cette vie qui désormais nous échappe. « Si je t’en parle tu vas être triste et je serai triste que tu sois triste maman. » Puis une autre fois l’angoisse au milieu de la nuit, les larmes roulantes et sincères « je ne veux pas que tu meures ». Notre cœur de nouveau empoigné, pressé. Vulgaire balle de tennis en mousse. Nous sommes fortes mon œil. « Maman ne mourra pas voyons, dors ma douce » – mensonge – enfin pas tout de suite et maman fait tout pour rester en vie, ne fume pas, conduit prudemment, s’est donnée pour mission de vivre le plus longtemps possible pour sa fille.

Contact. Moteur qui s’éveille et tousse dans le brouillard givrant, réchauffe l’habitacle et petit à petit, très lentement vient à bout de la pellicule de glace sur la voiture. Il n’y a pas de petite victoire. Qui a pu dire cela ? Nous sommes fortes même si nous n’avons pas brossé nos dents hier soir; nous ne voulons pas être un exemple d’abandon. Nous nous sommes levées ce matin, nous l’avons fait rire.

Nous sommes fortes et nous sommes à notre place, celle que nous avons créée par la force de nos intentions. Un instant, nous nous posons, spectatrice du virage que nous pourrions prendre, seules, comme des grandes, sans les mains. Bien négocier la courbe, ne pas se vautrer. Nous sommes fortes, nous empoignons notre légende personnelle par le colbac, nous brandissons le drapeau blanc la fleur au fusil. Nous voyons les signes, ils nous donnent confiance et nous aimons. Nous aimons à pleins poumons, tellement fort que tout pourrait éclater en nous sans prévenir. Big Mac, terrain neutre, droit dans le mur. Nous sommes fortes, même si nous nous écroulons aujourd’hui encore, même si nous sommes pathétiques avec toutes nos émotions crachées d’un coup sur la table, même si nous peinons vraiment à nous lever le matin, nous sommes fortes et les phares s’allument chaque jour de la nouvelle année sur le sapin de Noël déparé. Dans son pot, il occupe désormais la petite terrasse juste devant la maison. Ses épines sont toujours vertes. Marche arrière, 8h13. Nous serons à l’heure, nous sommes fortes mais dis-moi ? Sommes-nous épicéa ?

y4uvx5g-xog-cameron-kirby

 

3 réflexions sur “{Texte} Nous sommes fortes

  1. Les merles du jardin se gavent de petites pommes malus et ils ont une putain de pêche, ils friment faisant semblant de ne pas me voir. Fait pareil Claire, grappilles des fruits séchés au soleil figues cranberry bananes amandes…la grenade a peut être disparu mais tu l’a déjà goutée. Tentes une rillette d’oie sur une baguette fraîche… T’entendre dire que vous avez la force rassure. Tiens bon, le printemps te guette avec son explosion de chlorophylle pleine de désirs et de forces nouvelles.

    J'aime

  2. Ton texte me touche profondément Claire. Je pense bien à toi. La roue tourne pour chacun et chacune d’entre nous. En 2017 ce sera ton tour, il faut y croire.
    Je t’embrasse
    Corinne

    J'aime

  3. Courage … Le temps enleve tous les chagrins et surtout crois encore en l’avenir … Aux étoiles , à l’amour , aux rencontres qui bouleversent, …
    Et oui tu es forte , une femme forte et courageuse !
    2017 , tu verras ça sera mieux … ( espoir , y croire, ne jamais renoncer)💋

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s